Inspiration: des murs noirs

D’accord, il est possible que j’en ai déjà parlé, mais j’en ai réellement besoin cette fois. Nous nous apprêtons à faire réaliser les travaux du salon et de la salle à manger; pour une fois, ça ne sera pas nous qui les ferons ! Du coup, je commence par le plus important: le rendu final. Vous savez, moi, les questions de plâtre et de saignées pour l’électricité... ce n’est pas très excitant !

Le salon n’a aucune fenêtre. Je sais, c’est nul, mais que voulez-vous, bienvenue dans une maison dite 1930 version lilloise. Quant à la salle à manger, son immense fenêtre donne directement sur la rue, à niveau, ce qui m’oblige à la couvrir à moitié d’un grand rideau pour éviter de vivre avec les passants. Tout aussi nul.

Les couleurs dans le salon ont pas mal fait débat. Le conseil de 100% des gens: mets des couleurs claires pour ajouter de la luminosité et éclaire bien. Pour l’éclairage, je suis tout à fait d’accord, il en faut un maximum de sources et des placements bien diversifiés. En revanche, pour les couleurs, je ne suis pas d’accord, et par chance, mon chéri me suit.

Cette pièce n’a de toute manière aucun éclairage naturel, alors, pourquoi faire semblant ? Je préfère l’accepter comme elle est et l’orienter plus vers un salon de club anglais modernisé que vers du scandinave. J’adore la déco scandinave, mais quoi qu’on fasse, sans lumière naturelle, il est impossible d’obtenir un bel effet. C’est donc parti pour des murs noirs ou très sombres, des miroirs pour refléter la lumière, un parquet blanc ou blanchi (nous cherchons), et des canapés en cuir caramel et en velours bleu canard. Club anglais modernisé, je vous avais prévenus !

En attendant que les travaux commencent pour de vrai, ce qui n’est pas pour tout de suite, je vous propose quelques images qui m’ont finalement forcée à passer du côté obscur de la décoration. Comme le mythe des papiers peints qui rétrécissent les pièces (faux !), voici de quoi donner un grand coup de pied au derrière du mythe des pièces noires qui font cercueil.



20140919_mursnoirs2
Lonny
Tant pis si je vous la ressors tout le temps, c’est ma photo préférée ! Salle de bain du club anglais modernisé...

20140919_mursnoirs5
Lush Home
Mur noir + doré + cuir naturel + turquoise + transparence + texture. Je copie.


20140919_mursnoirs4
Apartment Therapy
A partir de maintenant, je voudrais un canapé en cuir caramel


20140919_mursnoirs1
One King’s lane
D’accord, c’est bleu foncé, mais vous ne trouvez pas que bleu foncé + bleu à motif + bois clair texturé + blanc laqué = super méga love ?

20140919_mursnoirs3
House Beautiful
Bleu encore, mais laqué et velours = encore love


Les devis arrivent les uns après les autres, obscurs et techniques, mais nous ne désespérons pas d’avancer avant Noël ! Faire cette sélection m’a vraiment donné envie de réaliser quelque chose de similaire chez nous !

... et quelqu’un aurait vu une recette de glace à l’agar-agar arrachée d’un magazine ? Je ne la retrouve plus !

Comments

To blog or not to blog

Mais en fait, pourquoi blogues-tu ?

En prenant le métro ce soir, pas moyen de me sortir la question de la tête.

Pourquoi blogues-tu ?

Je ne dis jamais que j’ai un blog, comme si j’avais une addiction honteuse ou une maladie vénérienne. C’est mon chéri qui s’en charge, ou, parfois, quand j’ai besoin d’une information qui ne se trouve que là, il m’arrive d’y avoir recours devant des amis. Jamais, cependant, je ne dis « tiens, au fait, j’ai un blog, tu devrais aller le voir ».

Alors, pourquoi blogues-tu ?

Les amis dans la vie qui me lisent me font plus rougir que plaisir, et pourtant, eux me connaissent infiniment mieux qu’Internet. Il reste que... oui, on peut dire que j’ai honte de ce blog. Honte du « mais tu mets ta vie en ligne ? » et peur de mettre des photos de moi et plus encore de mes enfants. Inquiétude aussi de ce que j’y écris, parce qu’il n’y a pas besoin de placer des détails voyeuristes sur sa vie intime pour écrire quelque chose de personnel. Dieu sait que je ne sais pas écrire autre chose que du personnel !

Donc, pourquoi blogues-tu ?

Malgré tout, voilà maintenant bientôt deux ans que j’écris ce blog, sans le moindre succès d’audience, sans espoir d’en faire quoi que ce soit un jour, mais avec une certaine régularité qui n’est pas dans mes habitudes. C’est sans doute le premier projet que je fais durer aussi longtemps. Il doit bien y avoir quelque chose qui me retient.

J’adore la déco et la vie à la maison en général, c’est entendu, mais j’aime aussi Star Trek, la symbolique hermétique, les jeux vidéos, Jane Austen et Terry Pratchett. Pourquoi ne pas bloguer sur ces sujets-là ? J’ai essayé de blogger sur la symbolique hermétique, créant un site aujourd’hui défunt; le sujet n’avait pas amené de dialogue dans les commentaires, à part un unique « ouais, je suis content que des types pensent comme moi des trucs fumeux à base de complots et d’extraterrestres »... plus jamais je ne ferai ça !

Alors je reste sur la vie à la maison, semaine après semaine, article après article, essayant de trouver une dimension universelle dans mes galères quotidiennes, espérant que, dans l’infini de la sphère humaine, quelqu’un passera quelques minutes marrantes, qui sait, peut-être édifiantes ? et en tout cas esthétiques. J’essaye de mettre du contenu neuf, histoire de ne pas reproduire une photo déjà vue mille fois; ou, au moins, j’essaye les classements originaux ou des analyses inédites.

Ne sachant pas vraiment pourquoi je blogue.

J’ai un réel plaisir à lire les commentaires d’anonymes ou d’inconnus. Vous êtes venus ici et vous avez trouvé l’endroit assez accueillant pour vous y livrer un peu. Les médias font leurs choux gras de la nocivité d’internet, mais moi, je ne vois ici que de la gentillesse et beaucoup de choses qui m’intéressent (une conversation sur les cuiseurs de riz en particulier !) Pourtant, je ne crois pas que je blogue pour me faire des ami(e)s, c’est plus quelque chose qui arrivera peut-être un jour mais que je ne cherche pas.

Dans le fond, je me demande si je ne blogue pas pour écrire, tout simplement. Le sujet n’importe pas tout à fait (heureusement il me passionne) mais presque. N’importe quel sujet qui m’intéresse aurait sans doute fait l’affaire. Le plaisir d’écrire, de susciter de micro-polémiques avec moi-même, de réaliser des bébés-analyses, de discourir, en fait. L’Internet est une maison d’édition qui ne pratique aucune discrimination, une bonne salle d’attente pour quelqu’un qui ne pense pas en chercher une vraie de si tôt.

Ce blog est un entraînement à la discipline du plaisir. J’aime écrire 80% de mes articles; les 20% restants sont cet exercice de la régularité, quelque chose que j’aimerais être capable de faire, qui sait, peut-être un jour comme auteur.

Et je suis intarissable sur la manière de choisir du papier peint.

Pourquoi tu blogues ?

Parce que j’aime ça. Je blogue (et je blogueraiiii) à l’ancienne. Un pauvre compte Facebook dans un coin, que je n’aime pas et que je délaisse, mais il fallait en créer un semble-t-il. Pas de twitter, pas d’instagram (j’ai un véritable appareil photo et photoshop, merci), pas de pinterest et, tant que je n’ai pas trouvé le moyen de le faire, pas de feed Hellocoton. J’avoue, un petit redesign du site ne serait pas du luxe, mais voyez-vous, je n’ai pas vraiment le temps en ce moment. Pas d’informations intimes, juste du très personnel, comme ma maison qui est un des sujets les plus proches de mon coeur, juste après ma famille.


Je m’appelle Anne-Hélène, j’ai trente-deux ans. Bienvenue sur Du Sel au Plafond, bienvenue chez moi.

20140915_pourquoitublogues



J’ai plusieurs grains de folie dans la tête, et voici mon petit coin de l’internet où s’exprime celui de la décoration et de la cuisine. Je vais arrêter d’en avoir honte (mais je ne vais pas pour autant me faire de la pub), et je vais juste prendre plaisir à écrire, à faire semblant d’être une journaliste déco, à jouer à l’éditrice de magazine. Comme tout jeu, il apporte son lot d’enseignements, dont le principal est: je peux m’astreindre à la discipline. En décembre, ce blog fêtera ses deux ans.

En attendant, courant de semaine, on parle de glace au cassis à base d’agar-agar. Si je retrouve la recette dans mon ordi...

Comments

Une grande victoire est faite de petits pas

J’ai l’impression de mesurer dix mètres de haut et d’être la fille la plus géniale de la planète. Je savoure la vie, je souris, je ris, je parle (encore plus que d’habitude). Mon humeur est au beau fixe.

Que lui arrive-t-il, vous demandez-vous ? A-t-elle (encore) mangé une tablette de chocolat entière ? (non) Bu un grand verre de bon sauternes ? (que nenni). Accompli une oeuvre majeure dont l’humanité se souviendra encore quand elle ira dans les étoiles ? (niet).

J’ai cousu l’ourlet des rideaux de ma fille qui attendaient depuis trois ans, et j’ai fini le dossier de ma deuxième chaise années 60 qui attendait depuis mai. Ce sont de vraies victoires.

Peut-être ne suis-je pas la seule dans ce monde cruel, à commencer des projets avec enthousiasme, et à m’arrêter lorsqu’ils sont à 90% finis ? Mon véritable Everest, ce n’est pas de me lancer, ni même d’être minutieuse ou techniquement au point. C’est de FI-NI-R.

La chambre de ma fille est faite depuis qu’elle a six mois. J’ai repeint l’armoire, repeint le lit, retapissé le lit, peint le lustre et les appliques, commandé les meubles, bref, tout était fait sauf l’ourlet des rideaux. Depuis trois ans. Depuis trois ans, je ne vous montre pas cette chambre parce que les rideaux traînent 50 cm de tissus crade par terre !

Mais plus maintenant ! Ca m’a pris une petite demie-heure, mais admirez, de beaux rideaux parfaitement tout comme je voulais:

20140909_petitesvictoires1

Un rideau qui touche tout juste le sol ! Waouh, comme dirait ma puce qui s’extasie sur tout tant qu’on lui demande si c’est joli (elle est jolie l’affreuse araignée noir qui a fait si peur à Maman en se logeant dans son tablier ? Ouiiiiii !). Ca m’aura pris trois ans pour finir une chambre, alors que l’ourlet a pris maximum 30 minutes de mon temps. Le genre de cas où on se trouve vraiment idiote de ne pas l’avoir fait plus tôt.


Deuxième grande petite victoire: j’ai fini de retapisser la deuxième chaise années 60 (avant-après, tutoriel 1/2, tutoriel 2/2). Vous vous dites « mais, tu n’avais pas fini les deux ? ». Mwahahahahaha. Bien sûr que non ! Vous croyez que ça se passe comme ça, dans la vraie vie ?

Dans la vraie vie, j’avais effectivement fini les deux galettes de chaise, mais je n’avais pas pu transporter la deuxième chaise entière dans le coffre de ma voiture. Du coup, attente du prochain gentil taxi familial qui a pu me la rapporter. Ensuite, ponçage et vernissage: la phase la plus pénible et la plus fatigante. J’avais réussi à finir ça en juin. Il ne restait plus qu’une petite heure de travail pour tapisser le dossier.

Syndrome classique du 90% : j’avais fait tout ce qui était complexe ou long, le transport, le traitement du bois, et je m’arrêtais juste avant la récompense finale. Jusqu’à hier. J’ai maintenant deux chaises identiques ou presque, que j’adore. Et je me sens biiiiiien !

20140909_petitesvictoires2
Tadaaaaaaaaa !


J’ai même poussé l’enthousiasme jusqu’à appeler toute une série d’entreprises pour des devis. Nous espérons faire le rez-de-chaussée sous peu. Au moins 90% de celui-ci, en tout cas.


Pour conclure sur encore plus de bonne humeur, voici une affiche que j’ai trouvée sur Westwing, ma drogue personnelle:

20140909_petitesvictoires3
FARPAITEMENT !


Vous aussi avez du mal à faire des finitions qui prennent 30 minutes ? Dites-moi que je ne suis pas la seule !

Comments

Braderie de Lille !!

C’est la braderie ! C’est la braderie !!


20140907_braderie20141
Seventies poweeeeeeeeer !



La braderie de Lille, c’est le grand rendez-vous des chineurs amateurs et même professionnels, mais c’est une aussi une sortie obligatoire pour mon chéri et moi, en amoureux, sans les enfants. Nous avons nos habitudes, en l’occurrence la place de l’Esplanade que nous arpentons jusqu’aux écluses, là où se trouvent quelques brocanteurs professionnels avec du mobilier bien sympa. Après les deux lampes années 70 en 2012, après la commode de l’année dernière, nous nous demandions ce que la braderie cru 2014 nous réservait !

Rien.

Il faut toujours partir avec l’esprit ouvert pour chiner, mais là... non, rien. Un set magnifique de chaises de salle à manger années 50 en très bon état; mais j’ai déjà de sublime chaises Napoléon III que j’adore. Un cadre de lit gustavien vraiment sympa, mais qui n’allait pas dans notre chambre. Deux fauteuils années 50 en skaï, mais dont il fallait refaire le tissus et dont la forme ne nous convainquait pas totalement. Aucun gros achat cette année, donc.

Côté petites choses, nous revenons avec une brouette en bois pour enfants à 10 euros (très très sympa, elle, en bois brut et un peu de peinture rouge joliment craquelée) et des pêches; car oui, il y a des vendeurs de nourriture, beaucoup trop de vendeurs de nourriture, mais ces pêches étaient appétissantes et ont fait une délicieuse salade de fruits le soir même. Nous avons également remplacé deux verres à bière cassés (la collection de mon chéri), et trouvé une cafetière et deux tasses émaillées (pour la mienne, je chine les machins émaillés). Voilà.

20140907_braderie20142

Certes, je trouve la cafetière adorable, et son prix l’était aussi, tandis que les deux petites tasses sont choupoutous. Cependant, cette année, nous cherchions deux lustres de grande taille pour le salon et la salle à manger, ainsi qu’un fauteuil voire deux pour le salon. Deux pièces que nous allons commencer à rénover sous peu, si tout se passe bien et que les devis arrivent comme il faut. J’avais mis pas mal d’espoirs en cette braderie géante où l’on trouve de tout, mais il faudra me rabattre sur les magasins classiques et les sites d’occasion en ligne (en attendant, énormissime coup de coeur pour ce lustre... qui n’est pas livré en Europe).

Et il me reste, quelque part, le regret de ne pas avoir emporté une cabine téléphonique des années 70. On ne devrait être autorisé à téléphoner que dans une cabine téléphonique en forme de sphère.

20140907_braderie20143

Et vous, vous y êtes allés ? Vous avez des endroits à recommander ? De belles trouvailles avec lesquelles frimer ?

Comments

Des idées pour les mercredis: peinture et collages tout simples !

Aaaaaaaah, le casse-tête du mercredi pluvieux et des « mais comment les occuper »... tous les parents ont connu ça cet été. Je n’ai aucune solution miracle, juste une petite idée de travaux manuels qui a beaucoup plu ici, pendant qu’il a plu dehors (haha).

L’intérêt de ces tableaux est qu’ils se font en trois étapes: la peinture puis le découpage et le collage. Il est possible de répartir tout ça sur une ou deux après-midi. Attention, je préviens, ça fait du bazar...



La peinture

20140904_tableauxpeinturedecoupage1


J’ai redécouvert les pastilles de gouaches. Même ma petite de deux ans adore ! C’est ludique, facile, et rigolo. Nous avons couvert nos feuilles de couleurs. Peu importe lesquelles, comme la peinture est la même, toutes les tonalités iront ensemble.
Si vous souhaitez un rendu plus élégant et monochrome, limitez-vous à quelques couleurs. Personnellement, j’aime beaucoup le multicolore dans ce cas, et ce n’est jamais drôle de restreindre des enfants sans justification réelle.

Le temps de séchage peut être une bonne raison pour reprendre le lendemain !


Le découpage

20140904_tableauxpeinturedecoupage2


C’est là qu’il est avantageux d’avoir un peu préparé l’activité. J’avais tracé de grandes lignes au dos des feuilles de mon aîné, et lui ai proposé de découper de petits triangles, que nous avons ensuite recollés sur une feuille pour faire une carte d’anniversaire. Plutôt réussi !

J’avais aussi cherché sur internet des dessins d’origamis. Je sais que ça peut paraître bizarre, mais j’adore les origamis (en tableaux dans la chambre de ma fille), leur côté géométrique et leur simplicité. La source ultime de ces dessins, sous forme de coloriage, est chez Mr Printable, un site absolument magique dont j’aimerais réaliser tous les DIY.
Donc, j’imprime mes dessins d’origamis, et je découpe des formes. Je les reporte au dos des feuilles peinte, puis je découpe. L’idée est de ne pas découper la forme telle quelle, mais bien de mélanger les motifs pour obtenir quelque chose de discontinu.

20140904_tableauxpeinturedecoupage3


Pour l’oiseau ci-dessus par exemple, j’ai pris soin de prendre mes petits triangles partout sur la feuille.

Recomposez ensuite le dessin d’origine, et collez-le sur une feuille vierge:

20140904_tableauxpeinturedecoupage4
Silhouette lapin Mr Printable


Puis trouvez un cadre inutilisé et mettez-y la feuille !

20140904_tableauxpeinturedecoupage5


La prochaine fois, je fais mes collages sur une feuille A3 et j’enlève la marie-louise qui, je trouve, donne un côté lourdingue au tableau. Sans, ça serait juste mignon. Qui sait, un mercredi prochain ?

Sur le même principe, nous avons réalisé un alphabet, découpé par mes soins à main levée:

20140904_tableauxpeinturedecoupage6


Il est accroché dans la salle de bain. Oui, je sais, il va prendre l’humidité, mais le cadre est une récupération d’un vieux poster, et ça ne me dérange pas de le changer dans quelques années ! En attendant, mon fils est très fier de reconnaître son M sur le tableau. « Et le Y, c’est Lucie qui l’a peint ! ».


Bref, un moyen de décorer sa maison en amusant ses enfants ! Allez savoir pourquoi, il sont plus sensibles à ces tableaux qu’aux autres...

Comments