DIY: coudre un cale-porte en poire

En général, ma solution à tout les « ousque je le meeeeets ? » est de fixer sur le mur ou de ranger dans un placard. Je n’aime pas trop les machins posés par terre, parce qu’il faut les déplacer pour passer l’aspirateur, puis les replacer ensuite (les vrais meubles, ça compte pas, quoique les poufs...). Quand c’est fixé au mur, pas de souci ! On passe dessous avec l’aspirateur, et voilà.

Cependant, comme toute bonne règle, celle-ci mérite des exceptions. Dans ce cas, parlons du cale-porte. Dans la majorité des cas, j’aime bien les cale-portes fixés au mur voir au sol. Mais, dans ma salle de bain/placard, j’avais peur que nous trébuchions dessus quand la porte est fermée, tant l’espace est réduit. Ca ressemblait moins à une astuce pour me faciliter la vie qu’à un piège qui donne des bleus.

Verdict: je me suis rabattue sur un bon vieux cale-porte posé sur le sol. Et, comme je n’avais pas de temps mais que j’avais envie de quelque chose de personnalisé, je l’ai cousu moi-même ! De mes mains ! Avec ma machine qui ne marche pas ! Je suis très fière !


20140830_DIYcaleportepoire

Voilà, cale-porte en tissus assorti au sac à linge sale accroché à la porte ! En forme de poire, en plus. Ne me demandez pas pourquoi... parce que c’est le plus joli cale-porte à coudre que j’ai trouvé sur la blogosphère ? Non, mais c’était le premier qui m’a plu.

Le patron que j’ai utilisé vient d’ici; je ne sais pas s’il s’agit de l’original, mais il fonctionne. Je l’ai imprimé sur une feuille A4; je crois que c’est prévu pour, la poire doit avoir une certaine taille (et un certain poids !) pour tenir son rôle.

20140830_DIYcaleportepoire4


Modus operandi: Reporter et découper tous les éléments du patron. Long et pénible.

20140830_DIYcaleportepoire2

Assembler les 6 faces de la poire le plus proprement possible. Improviser totalement pour l’anse et la feuille, puis trouver que ça rend bien en fait. Ne pas oublier de laisser une ouverture assez grande pour « retourner » l’ouvrage.

20140830_DIYcaleportepoire3

Puis remplir. Pour l’esthétique et le poids, j’ai commencé par bourrer le dessus avec de la bourre de peluche que j’avais dans mes stocks. J’ai ensuite rempli trois petits sacs congélation avec des cailloux et de la terre du jardin. Je les ai bien fermés puis placés plutôt au fond de la poire. J’ai ensuite remis de la bourre de peluche pour sculpter la forme avec plus de précision.

20140830_DIYcaleportepoire5
Tadaaaaa !


J’admets que la forme « poire » est perdue à cause des rayures qui ne font pas vraiment fruit... et que la petite anse est un gadget inutile au final, parce que si j’arrive à me baisser pour attraper l’anse, je peux descendre encore de dix centimètres et attraper la poire toute entière. Il faut connaître pour apprécier la forme...

Cependant, j’aime bien avoir une bonne poire à la maison qui ne soit pas moi. Elle remplit parfaitement son office, est suffisamment loin de la douche et du lavabo pour ne pas prendre l’eau, et en même temps assez facile à réaliser pour que je puisse la refaire sans difficulté au besoin. Je passe l’aspirateur ? Je n’ai qu’à la pousser et voilà. Pour la serpillère, je n’ai pas le choix et dois la poser sur le bord du lavabo, mais c’est la seule chose posée par terre dans cette salle de bain, je vais me faire une raison.

En attendant, j’ai trouvé cette réalisation tellement facile que j’ai envie de coudre des cale-portes pour les chambres des enfants. Cale-porte lapin pour ma puce et cale-porte hibou pour mon chaton ? Ou une jolie maisonnette ? Ce ne sont pas les idées qui manquent !

Comments

La salade de l'été 2014

On va se mettre assez rapidement d’accord sur le fait que l’été 2014 va retourner aussi vite que possible dans l’oubli collectif. Jamais je n’ai vu un temps aussi dramatique sur d’aussi longues périodes. En tout et pour tout, nous avons fait depuis juin deux barbecues. C’est normalement la moyenne mensuelle.

Pas de bonnes photos des enfants souriants en train de jouer sur la plage avec un arrière-plan partagé entre le bleu du ciel et celui de la mer.

La montage fut juste la même chose que la maison, mais en plus haut.

Bref, le drame.

MAIS ! (car il y a un mais). J’ai trouvé une salade simple comme tout et divine, que nous avons mangée tout l’été. Un vrai délice à condition d’avoir les bons ingrédients, car la qualité du résultat final dépendra de la qualité des composants.

Voici donc la salade officielle de l’été 2014, élue à l’unanimité par mon chéri et moi-même, la:


Salade tomate, pastèque, melon, feta et menthe

20140828_saladepastequemelontomatefetamenthe



Pour 8-10 personnes (parce que je n’ai trouvé que des pastèques entières et que ça se garde très bien)

2 melons
1 pastèque
6 tomates
2 plaques de bonne feta
Une botte de feuilles de menthe


Coupez les melons, la pastèque, les tomates et la feta en dés.

Emincez finement la menthe.

Mélangez tout dans un saladier.


J’ai fait goûter cette salade à tous nos invités de l’été, et le temps en a rabattu beaucoup chez nous. Ils ont tous adoré ! Je profite des derniers bons melons pour en refaire, encore et encore, avant d’entrer dans le temps tristounet des chous et des carottes...

Comments

Organisation et DIY dans ma salle de bain

Ah, du 5 au 25, ça ne fait pas deux semaines ? En tout cas, trois semaines sans internet, c’est long, mais je ne lis jamais autant que quand je suis ici. C’est un autre mode de vie.


J’ai toujours eu du mal à organiser mes affaires dans une salle de bain. Je sais que la solution approuvée par les magazines, ce sont les boîtes transparents, mais voilà, je n’arrive pas à m’y faire. Remplissez ces machins de vos affaires, et c’est une fenêtre ouverte sur votre bazar, encore pire dans un petit espace. L’argument « vous trouvez ce que vous cherchez tout de suite » ne marche pas avec moi qui n’ai qu’un rouge à lèvres, deux tubes de mascara et quasiment zéro maquillage. J’aime quand mes affaires sont cachées, et que ce que l’on voit, c’est un très bel objet décoratif.

Dans la nouvelle salle de bain des enfants, le rangement est problématique. Pas de grand placard fermé, pas de place pour en mettre. Le désert du rangement. Pour des raisons visuelles, j’ai tout de même placé des étagères ouvertes, avec le même raisonnement que pour les étagères de la chambre de mon fils: quand ça flotte, c’est que c’est plus léger. Archimède, je ne veux pas connaître tes objections !

Donc, étagères flottantes et ouvertes. Deux conséquences:

Des serviettes de bain identiques et bien pliées avec le rebond sur le devant pour la prétention. Parce que ça ne coûte pas plus cher de les acheter identiques et de les plier à l’identique, et que j’aime quand des objets sans valeur esthétique ont la gentillesse de disparaître dans le décor. Donc, blanc. Mais ! En bambou bien épais et bien solide, parce que je n’aime vraiment pas me sécher avec des râpes à fromage.

De jolis rangements. Là, c’est plus à la mode des magazines contemporains, puisque j’ai utilisé de jolis paniers.

20140825_organisationDIYsalledebain1

Le panier en bas à gauche est en réalité un panier de pêche de mon arrière-grand-mère que j’ai récupéré chez ma grand-mère. J’ai enlevé le tissus moisi qui le recouvrait et, tout doucement, j’ai passé le panier entier à l’eau claire pour le débarrasser des moutons de poussière. Ce panier a un couvercle, de sorte qu’il faut le sortir pour l’ouvrir, ce qui n’est pas pratique; mais je l’utilise pour les réserves de savon, de shampoing et autres, donc c’est parfait ! Je suis ravie de lui avoir trouvé une maison.

Les deux autres paniers en osier et lin viennent de Zara Home. Ce ne sont pas des paniers de salle de bain, mais plutôt de cuisine. Celui du haut sert pour les serviettes de table j’imagine, et celui du bas est un panier à pain. J’avais bien calculé mes espaces et je suis ravie du résultat: les vêtements ou les pyjamas vont dans le panier du haut, tandis que les brosses à dent et à cheveux, ainsi que les barrettes de ma puce vont dans le panier à pain. Il me faut encore trouver un petit panier en plastique pour les brosses à dent, puisque je n’ai pas de verre à dent (et ni l’intention ni la place d’en avoir, boire au robinet pour se rincer la bouche, c’est plus hygiénique).

Je suis bien consciente que ce système fonctionnera tant que mes enfants seront petits et que leurs vêtements prendront peu de place; à terme, je pense qu’il faudra rapatrier les vêtements dans leurs chambres et limiter les produits de beauté de ma fille (facile si elle me ressemble).

Ce rangement qui force à l’ordre et au minimalisme me plaît ! J’espère qu’il vous plaira aussi.


Restait le problème des serviettes de bain en cours d’utilisation. Il y a peu de murs disponibles pour des porte-serviettes, donc je me suis rabattue sur la porte. Résultat:

20140825_organisationDIYsalledebain2

A droite, le radiateur sèche-serviettes, double fonction indispensable dans un mini-espace comme celui-ci. En haut de la porte, à hauteur d’adulte, trois patères que j’ai patiemment gardées dans des cartons depuis notre emménagement, soit il y a cinq ans, pour « le jour où nous nous attaquerons à la salle de bain des enfants ». Comme quoi la patience, ça paie. Au bout du compte en tout cas.

Je suis amoureuse de ces patères en animaux de la jungle. Les animaux en céramique blanche, c’est un peu le thème de la maison... (ici en métal galvanisé, Anthropologie).

20140825_organisationDIYsalledebain3


En-dessous, à hauteur d’enfant cette fois, un panier à linge sale cousu main. L’idée est que les enfants s’habituent à mettre leur linge sale dans le panier, pour apprendre un peu l’autonomie et décharger leur maman qui se charge de la collecte, du lavage, repassage et rangement.

Je ne vais pas vous faire un patron de couture pour quelque chose d’aussi simple, mais voici le principe: un cintre en haut, utilisé pour tracer l’arrière du panier et le couvercle, puis un rectangle pour le devant. Une couture pour le bas (une fermeture éclair serait parfaite, mais je n’avais ni le temps ni le matériel), une couture par côté, en n’oubliant pas de laisser un peu de liberté au rabat. Voilà. Degré zéro de la couture, rien que des lignes droites !

Voici la porte en cours d’utilisation, avec les peignoirs et tout...

20140825_organisationDIYsalledebain4


... mais sans le cale porte en forme de poire, DIY aussi, dont je vous parle bientôt !

Comments

Bonnes vacances !

Ce blog prend deux semaines de congés, et moi aussi ! Espérons qu’il fasse beau et que nous puissions vivre dehors pendant ces deux semaines sans connexion internet ni réseau téléphonique. Hum. Ca ne ressemble pas à des vacances comme ça, mais promis, ç’en est !

En attendant un retour en force avec plein de DIY : un cale-porte poire à coudre, des idées pour sublimer les peintures de nos enfants artistes, un panier à linge sale DIY, comment organiser une salle de bain microscopique, comment faire des glaces au cassis « monstrueuses », et surtout, le « après » final de notre salle de bain !

Pour ne pas vous abandonner complètement, voici mes moments préférés de ces derniers mois.




Inspiration
Anciens et modernes: le recyclage de motifs
Les règles de la décoration: la texture
Avant-après: le couloir du premier étage
Comment copier un intérieur qui vous inspire


DIY
Une vieille lampe prend un coup de jeune
Une crédence en papier peint vinyle amovible
Restaurer une chaise années 60: tutoriel 1, tutoriel 2


Cuisine
Macarons au beurre salé: THE recette qui marche
Gâteau d’anniversaire pirate ultra-facile
5 bonnes raisons de faire ses yaourt soi-même et 3 bonnes recettes


Shopping
Théière et tasses Mr and Mrs Clynk
Shopping Orla Kiely
C’est le pied... de meubles Ikea
Vintage love: la vaisselle Lotus par Catherineholm


C’est bientôt la rentrée ! (youpi !!)
5 trucs et 10 idées pour transfigurer une chambre d’étudiant


Attendez-vous à d’autres articles sur la rentrée, non pas que j’aime particulier ce « marronnier » journalistique, mais parce que moi aussi, je retourne à l’école l’an prochain. Nous parlerons trousses, cartables et tenue pour aller à la fac. Fun !

Bel été à toutes et à tous !

20140802_conges

Comments

Le jour où j'ai rendu son Thermomix à ma Maman

Prenons une photo aujourd’hui. Anne-Hélène cuisine à peu près tous les repas, sauf une commande de sushis ou deux par mois; guère plus. Elle achète quelques surgelés tout prêts pour les soirs où elle dîne avec ses ami(e)s et où son chéri est seul avec les enfants; mais la plupart du temps, il y a une grillade dans le frigo et il sait faire des pâtes, après tout.

Elle fait des tartes aux groseilles divines, aime beaucoup les macarons, les mignardises et d’autres mignardises; mais ce qu’elle aime vraiment manger, ce sont les subtilités de la cuisine végétarienne; les tartes, les petites bouchées, le cheese-cake végé, et toutes les variations sans fin sur le modèle viande ou poisson mariné à la sauce soja / féculent / légume au wok qui constitue un repas de midi sur deux. Et le riz japonais, qu’elle fait elle-même en quantités industrielles.

Ca brasse assez large, comme toute cuisinière j’imagine ! Anne-Hélène met une petite demie-heure à préparer le repas du soir; elle teste une recette ou deux par semaine, mais rien qui nécessite des ingrédients excessivement bizarres.

Voilà comment je cuisine aujourd’hui: ultra-simple, le plus sain possible, et tout le temps, tout le temps, tout le temps, jusqu’à l’écoeurement j’avoue parfois. Mes quatre robots culinaires: un mixer plongeant, un mini-mixeur à herbes, une machine à yaourts et une machine à pain. J’ai une râpe métallique pour râper le fromage et les salades de carotte, et un fouet métallique pour les sabayons; je fais mes pâtes à tarte à la main, mes crèmes anglaises à la casserole; je presse mes jus d’agrumes avec un presse-agrumes en verre.

20140801_byebyethermomix1



Flashback dix ans en arrière.

Anne-Hélène habite dans un chouette petit appartement parisien, avec une cuisine microscopique. Elle achète des ingrédients exotiques à la Grande épicerie de Paris, et finit par les jeter après en avoir prélevé une cuillère à café pour une recette qui fut un échec complet. Elle sert des repas complets immangeables, mais dont les magazines font des éloges dithyrambiques.

Et elle possède plus de gadgets de cuisine que de paires de chaussures.

Y’a les trucs qui mixent, qui battent, qui chauffent, qui tranchent, qui coupent finement, qui émincent; les couteaux spéciaux qui font des formes; les casseroles dédiées à certaines cuissons; les couteaux à légumes, les couteaux à viande, les couteaux à poisson. Le plan de travail minuscule est réduit de moitié par un Thermomix, gentiment prêté par ma Maman.

Je préparais des repas compliqués pendant des heures, commençant souvent à cuisiner à quatre heures de l’après-midi pour un dîner à huit heure. Et ça, c’était seulement la Saint Valentin. J’expérimentais des associations démentielles, et honnêtement, pas terriblement goûteuses.

Neuf repas sur dix nécessitaient zéro cuisine, juste d’ouvrir un sachet de jambon et de réchauffer un plat cuisiné, parce que j’avais cuisiné la veille pendant quatre heures et que j’avais fait des makis bleus, et que non, l’orange ne va pas avec le poisson blanc non identifié et mal décongelé.

20140801_byebyethermomix2



Le temps a passé. Un jour, j’ai décidé de cuisiner. Puis j’ai eu des enfants, et j’ai décidé de cuisiner fun et sain. Puis j’ai fait un régime et j’ai appris à faire des menus, à gérer mes quantités et à anticiper les repas.

Tous mes gadgets de cuisine ont progressivement disparu; soit que j’ai renoncé à garder le bidule miracle qui ne sert que pour une unique recette, soit que j’ai appris à faire sans. Je n’ai jamais acquis le thermomètre électronique dont je rêvais, parce que je ne vois pas ce qui ne va pas avec mon thermomètre à mercure. Le magnifique Kitchen Aid dont je croyais que je rêvais, moi qui fait tant de pâtisserie, est resté sur les étagères du magasin, et je prépare tout à la main. Je me tâte pour revendre ma machine à pain qui ne sert que pour les pizzas.

Bref, ce fut la purge dans les tiroirs de cuisine.

Pourquoi ?

Je ne crois pas que la cuisine au quotidien nécessite des appareils particuliers. Pas la peine de dédier des casseroles à certains types de plat; quatre casseroles suffisent (trois pour être exacte, mais c’était un lot), une bonne cocotte en fonte Le Creuset, deux poêles, et voilà. Pas de machin spécial viande, pas de plancha à poisson (je les fais au four quand ils sont trop grands). Le tout de bonne qualité, générique et interchangeable. Et comme j’ai peur des cocottes minutes et que je n’aime pas faire les légumes dedans, je n’en ai pas. Aussi simple que ça. J’ai donné mon cuit-vapeur pénible à laver et encombrant comme tout pour le remplacer par une bête marguerite en inox qui va au lave-vaisselle.

Bien sûr, il y a les choses que je garde parce que je ne peux pas m’en empêcher: les moules à gâteaux par exemple. A ce jour, j’ai 16 minis, 5 moyens et 2 très gros moules à Kouglehof, ainsi qu’un agneau en terre cuite qui ne sert qu’à Pâques, pour le lämmele. J’ai clairement un gros problème avec les moules à pâtisserie. Je sens que nous allons dire au revoir aux moules en anti-adhésif et ne garder que le métal et la terre cuite; ça devrait enlever bien trois moules redondants !

En clair, je vais attendre encore un long moment ma canonisation; mais j’ai rendu son Thermomix à ma Maman, le plus bel appareil de cuisine que j’ai jamais eu sur mes comptoirs. Je n’en ai plus besoin.

20140801_byebyethermomix3


Comment conclure cet article ? J’espère ne pas passer pour une donneuse de leçon ni une prétentieuse. Je souhaitais seulement donner un aperçu d’une évolution qui a structuré ma manière de vivre: passer d’une cuisine hyper-technique, presque technologique, à quelque chose de plus simple, plus rapide, mais qui se répète tous les jours, en d’infinies variations. Je crois que j’ai appris à cuisiner, tout simplement !


Avez-vous des gadgets de cuisine dont vous ne pourriez pas vous passer ? D’autres qui vous encombrent ? Dites-nous tout !

Comments