Le progrès et les tâches ménagères

Ma grand-mère faisait le ménage de la même manière que moi.

Commençons tout de suite par les choses qui fâchent: ceci n’est pas un article féministe dans lequel je me plaindrais pendant des heures du fait que la répartition des tâches ménagères est toujours aussi inégales alors que le travail des femmes ne cesse de réaugmenter depuis les années 50, accentuant dans les faits la charge féminine. Comme vous le voyez, je pourrais faire un article là-dessus, mais aujourd’hui, j’ai besoin de parler de la manière de faire le ménage.

Ma grand-mère faisait le ménage de la même manière que moi.

Si l’on part du principe (rationnel il me semble) qu’à surface égale, quantité de ménage égal, c’est quand même surprenant.

Ma grand-mère a fait, pendant cinquante ans, le ménage de la même manière que moi. Pourquoi l’évolution technologique s’est-elle plus ou moins déchaînée et arrêtée immédiatement dans les années 50 ?

Regardez, les aspirateurs.

20150327_menage1

Avant: un manche, un sac (dans le manche d’ailleurs, je signale, moi qui hais les aspirateurs traîneaux). Après: un manche, et l’aspirateur lui-même devient un sac. Entre les deux: 60 ans. La différence: le deuxième n’a pas de sac, même s’il faut toujours le vider, et il aspire mieux.

Par contre, le geste est toujours le même: Madame sort le bidule de son placard, le branche, et d’un mouvement fluide d’avant en arrière, couvre tout sa pièce. Le même geste depuis soixante ans !


Et c’est pareil pour la plupart des appareils électro-ménagers: le lave-vaisselle ? Même modèle, juste plus rapide et moins consommateur d’eau. Les plaques de cuisson ? Les mixeurs ? ... quand on pense que le kitchen aid date lui aussi des années 50 et que le design n’a pas changé d’un iota, ça fait réfléchir, non ? Et parfois, l’évolution va vers le moins bien ! Prenez le mixeur girafe de ma Maman, celui qu’elle a acheté dans les premières années de son mariage: trois lames. Le mien ? Deux lames, donc une moindre efficacité. Que vois-je l’autre jour comme publicité avant une émission ? « Le mixeur trois lames, la révolution » ! Non, non, non !

Je ne comprends pas pourquoi les seules améliorations sont des améliorations de performance. D’accord, je suis contente que mon aspirateur soit plus efficace pour ne passer qu’une fois à chaque endroit. Mais ce dont je rêve vraiment, ce serait de réduire des trois quarts le temps que je passe à aspirer, voire de ne plus avoir à le faire tout court ! Entre un Dyson et le vieil aspirateur de ma Mamie, je gagne quoi... cinq minutes ? Yahou. Vrai progrès dans la réalisation des tâches ménagères, et, désolée de le rappeler, la libération des femmes.

D’accord, être vraiment innovant n’est pas donné à tout le monde, et l’innovation a un prix. Mais je serais prête à le mettre pour être débarrassée, totalement, de certaines tâches ménagères (le repassage ! Depuis quand n’ai-je pas regardé un film assise ? Longtemps !).

Pour l’instant, je n’ai trouvé que deux innovations utiles, en dehors bien sûr de gagner au loto et de pouvoir m’offrir de l’aide ménagère de temps en temps (pas au programme en ce moment). Première innovation: l’aspirateur robot.

20150327_menage2
Mrs Wilberforce (roomba)

Pourquoi ce robot est-il génial ? Parce que je gagne, non pas trois minutes, mais simplement une tâche ménagère complète en moins ! Tout ce qu’il exige, c’est de vider son sac toutes les deux semaines, ce qui prend trente secondes. Au lieu de m’énerver après les poils de chats, je le fais travailler en mon absence deux fois par semaines. Au final, je dois tout de même passer l’aspirateur en vrai... une fois par mois. Quand on sait que j’ai deux chats dont un à poils longs, deux enfants, et que moi aussi, j’ai les poils - euh, cheveux longs, c’est quand même un exploit, non ?

Disparition de la tâche ménagère, à condition d’avoir prévu le mobilier pour que le roomba puisse circuler. Par chance... c’est fait pour !

Un geste de ménage en moins: je prends !


Deuxième innovation qui me fait gagner un temps fou: la machine à laver et sécher le linge. A nouveau, un geste en moins: sortir le linge mouillé et le passer dans l’autre machine. Du coup, au lieu d’être obligée de prévoir ces lessives le week-end, pour pouvoir faire le transfert, je mets ma machine en route (programmée) au milieu de la nuit, et j’ai mon linge sec le matin. Pratique quand on n’est pas la championne de la gestion des petites culottes et qu’il faudrait vraiment qu’on en rachète quelques unes... Pratique aussi quand les enfants ont un accident odoriférant et qu’on n’a pas envie d’ouvrir un sac bien macéré le lendemain pour le mettre à laver !


Malheureusement, il y a aussi de « fausses » innovations, au premier rang desquelles je mets les lingettes à usage unique. Ca marche tout aussi mal que les chiffons en micro-fibres, et la quantité de déchets générée est... trop grande pour moi. Et bien sûr, n’oublions pas les gadgets de cuisine qui ne servent qu’à encombrer les placards ou les plans de travail.


Deux innovations, c’est tout ce que j’ai trouvé pour l’instant pour me faciliter vraiment la vie... c’est peu, non ? Avez-vous des trucs qui vous font gagner du temps pour de vrai ? Partagez !

Comments

Le lundi, je ris ! Sélection de déco drôlageek

J’ai un sens particulier de l’humour, en ce que certaines choses ne me font pas rire et me donneraient plutôt envie de pleurer. Les instructions « humoristiques » dans les toilettes par exemple. Les blagues de Toto. Les tracs du Front National - mais là, je m’égare.

Dans une maison, j’aime la légèreté et un peu de recul sur soi-même, c’est-à-dire un peu d’humour. Chez moi, cet humour prend la forme de coussins un peu décalés sur le canapé du salon ou d’une affiche chinée à la grande braderie de Lille, sur laquelle dîne une famille idéale des années 60. J’avoue, la mère de famille qui sert son rôti aux pommes de terre en talons aiguille, avec un petit tablier fraîchement repassé et un brushing du matin, ça me fait vraiment rire. Quand nous mangeons en famille dans la cuisine, le contraste avec ce tableau est pour le moins frappant ! Et, je trouve, drôle.

Bref, j’aime quand c’est drôle, mais j’aime moins quand c’est facile ou pire, convenu. Voici donc une sélection de déco qui me fait rire parce qu’elle se moque de mon quotidien ou fait des références à ma culture (geek, donc, parce qu’il y a peu de citations philosophiques dont on fait des posters. Imaginez: « agis en sorte que la maxime de tes actions puisse servir de maxime universelle »... en face du lit d’un insomniaque peut-être ?)

C’est parti pour de la private joke et des pin-ups !


20150323_humourdeco1
Magnets de frigo par Northwoods Badger via Etsy
Regardez tout le magasin, c’est souvent hilarant et bien décalé si vous êtes une femme au foyer...
(Zombie apocalypse... mwahahahahaha !)


20150323_humourdeco2
Star Trek.com
Parce qu’aucune sélection qui fait sourire ne devrait omettre des posters Star Trek. Ceux-ci sont des créations modernes façon rétro à partir de véritables épisodes de la série originale. J’admets que ce n’est pas directement amusant, mais je souris à la pensée d’avoir des posters de Star Trek chez moi...


Ok, passons à quelque chose de plus universel !

... Danbo par exemple ?


20150323_humourdeco4
amazon
Le petit bonhomme d’Amazon, Danbo, dans une pose mélancolique. C’est fou qu’une photo d’un jouet en carton publicitaire arrive à me faire le même bruit que quand on me met mon Neveu chéri dans les bras...


20150323_humourdeco5
VivantPhotography via Etsy
Des stormtroopers et Abbey Road ?
Ai-je besoin d’expliquer pourquoi cette impression est absolument géniale ?


Et on conclut sur ma préférée:


20150323_humourdeco6
Silly Bricks Pics


Comments

Slow decorating: le salon avance... doucement

Dans les innombrables modes culinaires que j’ai ratées ces dernières années parce que j’étais trop occupée à me nourrir, il y avait le slow cooking. Le slow cooking, c’est la cuisine mijotée pour les snobs: les plats cuisent longtemps dans des cocottes et sont délicieux, mais il faut en parler comme dans les émissions de cuisine, en louant la texture, en regrettant l’absence de croquant, en admirant le fondant et en prenant un petit air pincé et/ou constipé.

Bref. Ce que j’aime bien dans la cuisine mijotée, c’est l’idée de prendre son temps. Même si en cuisine c’est tout relatif parce que nous mangeons tout de même trois fois par jour, se dire que les bonnes choses arrivent lentement, que patience et longueur de temps font du bon et du beau, ça me parle et ça me plaît. Une famille se construit sur la durée, l’amour aussi je crois; quant aux foyers, j’en suis sûre !

Voici donc un nouvel avancement de notre salon. Un avancement lent, puisqu’il n’y a toujours rien au mur, que les appliques ne sont toujours pas posées (bientôt peut-être), et que le lustre est toujours une ampoule nue, en attendant que nous estimions notre budget (la pièce qui nous a fait tomber en extase coûte 2000 euros, nous attendons de finir les travaux principaux pour compter les gros sous et voir si c’est possible). Néanmoins, le salon prend progressivement de la saveur !

20150320_updatesalon3


C’est la vue à hauteur de canapé: deux lampes qui flottent de part et d’autre, avec des vases que l’on devine. Dès qu’on se lève, on réalise qu’il s’agit en fait d’une sorte de console flottante exactement à la hauteur du dos du canapé.

20150320_updatesalon1
Avec deux vases Jonathan Adler


La planche a été réalisée sur mesure dans un magasin de bois sorti tout droit du 19è siècle, qui sent bon la sciure et dans lequel j’ai envie de faire le ménage; mais c’est du beau travail ! Les équerres étaient un leg de la maison quand nous avons emménagé, j’étais contente de les réutiliser.


20150320_updatesalon2


J’en ai profité pour changer les coussins des deux fauteuils en velours. Motif: ils étaient en skaï, le même que les chaises de la salle à manger. Or, le skaï n’est pas du tout respirant; du coup, quand on les aplatissait, il fallait dix minutes pour les aérer de nouveau. Pas top. Ils étaient trop grands aussi, mais parfaits pour des housses de coussin que je voudrais réaliser pour une maison de vacances.

Me voilà complétant ma collection Ferm Living:

20150320_updatesalon4


Il est un peu grand aussi, mais quel confort !! J’adore aussi le motif; ça ne se voit pas sur la photo, mais en vrai, le noir n’est pas uniforme, et on sent que le tissus est imprimé à la main. J’adore, j’adore ! (super pratique pour les batailles de polochon aussi).

La nouvelle configuration a été validée par la plus récente addition familiale. Vous vous souvenez de la famélique petite chatte que nous avions recueillie ? Elle n’est plus tellement petite... elle s’est bien remplumée et montre toute l’étendue de sa mauvaise éducation (sauter sur les lits à trois heures du matin...). Mais elle est adorable avec nous et les enfants, donc...


20150320_updatesalon5

Comments

Découverte: les bonbons Papabubble

C’est l’histoire d’une amie de ma soeur qui arrive un soir avec un paquet de bonbons « rapportés du boulot ». C’est gentil, poli, et joli. Oh, très joli en fait. C’est marrant, on dirait de minuscules bonbons sur lesquels sont dessinés les fruits avec lesquels ils sont parfumés. En y regardant de plus près, c’est vraiment bien réalisé. Je peux goûter ? Pastèque, s’il-te-plaît. Et puis mangue. Ensuite, pamplemousse. Il reste du citron ?

Miam

20150314_papabubble3


C’est ainsi que je vous parle aujourd’hui de Papabubble, les meilleurs bonbons que j’ai jamais goûtés à ce jour. Soyons tout de suite clairs: je n’aime pas trop les bonbons. L’apparence gélatineuse, les couleurs flashy, le goût chimique... bof. Autant j’aime bien mettre des fraises tagada sur les gâteaux d’anniversaire, une fois par an, autant je n’en ai jamais acheté sur un coup de tête. Mon achat alimentaire impulsif, ce sont les sushis !

Ce sont des bonbons durs à sucer, avec des couleurs joyeuses mais qui n’agressent pas l’oeil, et les goûts sont clairement identifiables. La seule hésitation possible, c’est entre citron et citron vert, et honnêtement, après avoir goûté les deux, impossible de s’y tromper.

C’est fun, autant pour les enfants (pas les tout-petits tout de même) que pour les adultes. A servir avec un bon thé ou tout simplement pour finir la soirée en beauté, vers minuit.


20150314_papabubble2


Une vraie découverte, ces bonbons !


20150314_papabubble1


Remerciement spécial à Lauriane d’Appartement Malin: sur ces photos, j’ai retouché l’histogramme ! Ce n’est pas encore parfait, mais je progresse. Merci pour le truc !

Remerciements spéciaux également à mes enfants. « Maman, à quoi tu joues avec nos playmobils ? »

Comments

Les enfants et les voyages, ce que j'ai appris

Nous rentrons tout juste de vacances, ce qui veut dire qu’hier, j’ai fait cinq heures et demie de route avec une voiture pleine à craquer de manteaux de ski (ça en fait du volume), auxquels on ajoute deux chats et deux enfants dont aucun n’a fait ne serait-ce qu’une minute de sieste.

Bref, le voyage de l’enfer.

Si vous avez des trucs pour voyager moins désagréablement avec des enfants, indiquez-les (pitié !); en ce qui nous concerne, voici ce que nous avons trouvé. C’est insuffisant, mais ça aide un peu quand même (heeeeelp !).



1. Comme on va nous demander de remettre la même musique un milliard de fois, nous avons essayé de limiter la palette de choix à des trucs audibles un milliard de fois. Nous avons choisi la musique classique, parce que même mes morceaux de rock favoris, en boucle, c’est l’enfer ! Donc, Internet, toi qui m’écoute, sache que nous avons écouté la 5è de Beethoven (le premier mouvement) six fois hier. Ca fait une fois par heure.

Je sais, vous vous dites « mais elle est folle ! ». Maintenant, imaginez six fois, durant le même trajet, Obladi-Oblada ou Yellow Submarine. Maintenant que vous avez compris, vénérez les compositeurs classiques avec moi !


20150309_voyageenfants4
Dans sa voiture, un grand cerf, regardait par la fenêtre...


2. Nous nous sommes faits à l’idée que si nous sommes en retard, quelqu’un aura une envie pressante et il faudra s’arrêter sur le bord de la route en urgence. Dernière occurence: dans le marais vendéen, vous savez, là où les routes sont TOUTES bordées de magnifiques fossés où coule une douce rivière et où il est impossible de se garer pour s’égarer...

Solution: le pistolet anesthésiant pour rhinocéros.



3. Les repas sur l’autoroute. Ah, les repas sur l’autoroute... solution facile pour cette fois: les bentos ! J’en ai eu plus qu’assez de payer 15 euros l’assiette que mes loulous ne finissent pas parce que c’est mauvais, tandis que je m’endors au volant tellement c’est gras. Ces vacances-ci, à l’aller comme au retour, j’ai passé une petite demie-heure à préparer des bentos simplissimes, avec des choses saines et bonnes (de l’omelette, des pâtes et des fruits frais en clair), et vous savez quoi ? Repas calmes et bentos vidés, les proportions sont parfaites, on a juste dû insister pour les deux dernières bouchées.

J’aurais aimé que les stations essence proposent des aires de pique-nique intérieures, mais nous n’aurions pas été les seuls à nous arrêter sans rien acheter, donc bon, admettons. Nous résolvons le problème en achetant les desserts et en demandant en mode « parents débordés » si nous pouvons nous asseoir puisque nous avons acheté les desserts. Ca passe en dehors des heures de pointe.

20150309_voyageenfants1
Petites mains de mon loulous dans son bento kawaï... (la boîte, pas le contenu)


20150309_voyageenfants2
... et ma version adulte (ainsi que la quasi-collection complète de produits Mon Bento... ils devraient me sponsoriser !)



4. Penser à la destination, comme un mantra. Montagne. Montagne. Montagne.

20150309_voyageenfants3
Mention spéciale à qui trouvera où cette photo a été prise !


Ca marche nettement moins bien dans le sens retour par contre... Maison. Travaux. Réveils tôt. Argh...



5. Remplir l’iPad de dessins animés bien choisis, et dans les pires moments, admettre sa défaite comme parent parfait et le caler entre les deux sièges avants pour que les enfants et le chat puissent en profiter. Rien à dire de plus.



Et vous, vous avez des trucs pour « tenir » les enfants pendant les longs trajets ? Comment faisaient nos parents avant les tablettes ?! Partagez !

Comments