J'ai testé pour vous: donner mes chaises à retapisser

Est-ce que ça en vaut la peine ? C’est une question que je me pose souvent. J’ai la chance d’avoir un budget assez conséquent pour aménager ma maison - conséquent, mais de loin pas illimité. Très souvent, nous nous demandons si ça en vaut la peine (la peine pour l’artisan, le coût pour nous). Faut-il dépenser pour créer un accès convenable au grenier, qui sera utilisé comme chambre d’ami et salle de jeu ? Oui. Faut-il dépenser des mille et des cents pour un papier peint ? Plutôt non (je n’ai jamais payé plus de 15€ le rouleau, il suffit d’être patient, d’attendre les soldes, de prier pour que les gens n’aient pas le même goût que vous et d’avoir des plans B). Faut-il payer le quadruple pour un meuble « signé » d’un designer ? Vu notre budget, non.

C’est ce genre de problématique que nous avons eue quand il a fallu choisir les chaises de la salle à manger. Vous vous en souvenez ?

20150110_lustresam2

C’était tout de même difficile de garder ça: la chaise de devant manquait à notre bureau (pas facile pour travailler), les trois autres sont vraiment en mauvais état, avec du jeu et tout, et elles sont très inconfortables (sachant que je n’aime pas les galettes de chaises). Après, plus solide que ce modèle, ça ne se fait pas; mais à ce stade, nous étions prêts à les remplacer par quelque chose d’un peu plus proche de notre style.

L’objectif: six chaises noires, un peu travaillées. Noires, pour rappeler la peinture du salon et le plateau en marbre noir de la commode à côté. Il y a beaucoup de noir chez nous. L’inspiration: les chaises du mariage Kennedy, reprises des milliers de fois outre-atlantique où c’est la the chaise de tous les mariages.

20150131_chaisestapissier4
(oui, regardez aussi les chaises. Il n’y a que moi pour faire des remarques sur les décors dans les films ? *Moment d’action dans X-Men origins*, moi: « chéri, j’adore le papier peint !! Authentique)



C’est à ce moment que ma grand-mère maternelle a déménagé, ouvrant à ses enfants et petits-enfants son grenier magique. Nous y avons trouvé des chaises d’époque Napoléon III, entreposées là par mon autre grand-mère qui n’a, elle, pas de grenier. Six chaises un peu travaillées, noires. Bingo ! L’esthétique était pile dans ce que nous cherchions.

Est-ce que ça valait la peine de les faire refaire ? Voyons un peu le résultat.

20150131_chaisestapissier3

Le tapissier a entièrement démonté chaque chaise, a recréé pour l’une d’entre elles les bords qui manquaient, a sanglé le bas de deux d’entre elles, puis renoirci le tout avec un produit miracle dont je n’ai pas pu lui extorquer les références. Le bois n’est pas neuf, ce sont tout de même de vieilles demoiselles qui ont plus d’un siècle, mais il est satiné, très doux au toucher, et d’un magnifique noir profond.

Pour les assises, j’ai choisi un skaï de très bonne qualité, de couleur bronze, légèrement strié. Je suis consciente que le choix du skaï est étrange, mais je voulais quelque chose de facile à entretenir, et ce bronze est vraiment ce que je cherchais. Je l’ai trouvé à 10€ le mètre (c’est du Casamance) sur un marché ! En plus, c’est le genre de choses qui se change avec une grande facilité.

20150131_chaisestapissier2

Les assises ont été entièrement refaite, et croyez-moi, ces chaises sont d’un solide à tout épreuve. Elles ne bougent pas d’un millimètre quand je m’assois dessus ! Même mes vieilles chaises blanches ne font pas ça.

Première bilan donc: sommes-nous satisfaits ? Oh que oui. En choisissant le tissus nous-mêmes, en précisant exactement le type de teinte noire que nous voulions, nous avons des chaises sur mesure pour notre salle à manger.


Second bilan, le coût. Pour les six chaises, nous en avons eu pour 900€, soit 150€ la chaise. C’est beaucoup plus qu’Ikea, mais c’est le genre de prix pratiqués par les magasins pour les chaises un peu solides et confortables. Les Louis XVI, que j’ai longtemps considérées, sont à 160€ l’une chez Maisons du monde, et je soupçonne que les miennes soient plus solides.

Enfin, on est loin, très loin des 250€ pièce que coûtent les Eames avec le piètement Eiffel, un autre modèle que j’ai beaucoup aimé avant d’en être dégoûtée en le voyant sur tous les blogs un peu branchouilles. Indigestion. Et puis, 1500€ les six chaises en fibre de verre ou pire, en plastique moulé... non. Ca, ça n’en vaut pas la peine.

Conclusion sur le coût: ça rentrait dans notre budget, personne n’a été mis en difficulté financière, et il y en a pour 10 ans de chaises indestructibles (j’ai des doutes à propos de celles des chaînes de magasins). Le rapport qualité / prix me semble bon, à condition toujours de pouvoir se le permettre.

20150131_chaisestapissier1


Troisième bilan: le temps. Notre tapissier a mis seulement deux mois pour réaliser ces chaises, parce que la période de Noël est creuse pour lui. Le reste de l’année, les délais sont de trois à quatre mois. On est loin des livraisons en quelques jours, voire de l’instantané des magasins physiques. C’est le seul point négatif de cette expérience, et, à vrai dire, ce n’en est pas un pour moi: deux mois, c’était bien peu pour un travail d’artisan de haute qualité.


Quatrième bilan, le sentimentalo-niais. J’admets beaucoup aimer refaire vivre de vieux meubles de ma famille. J’ai une règle pour ça: si je n’aime pas, je ne prends pas. Point barre. Pas question de m’encombrer avec du vieux si c’est pour que je le haïsse toute ma vie. Cependant, ces chaises-là ne sont pas comme ça; c’est vraiment exactement ce que je cherchais, elles sont solides et ne nécessitent pas d’entretien particulier lié à leur vieillesse. Elles vont tenir au moins vingt ans.


Reste à... trouver une table plus moderne pour les mettre en valeur. En attendant, celle-là a quatre rallonges et permet d’asseoir 18 personnes (c’est-à-dire les parents, les frères et soeurs et les neveux de mon mari... c’est l’aspect désagréable des grandes familles). Ca existe en moderne, ce genre de choses ?


Comments

Les vacances de Maman

Aujourd’hui, j’ai testé un nouveau type de vacances: les vacances de Maman.

Je me souviens avec nostalgie d’un temps où je pouvais sortir à n’importe quelle heure de chez moi pour aller faire ce qui me passait par la tête: aller acheter un sac à main vu dans une vitrine, faire les courses à 21h, ou attraper les places étudiantes à 10€ à l’Opéra de Paris (à condition de ne pas se tromper d’opéra, l’étourdie que je suis a des fois des ratés hilarants). Vous vous souvenez des « ce soir, je n’ai pas envie de cuisiner, on va dîner au thaï en bas ? ».

Depuis que je suis maman, ce genre de choses n’est plus possible. J’ai l’impression que mes journées s’arrêtent à 16h30 pour que s’enchaînent le goûter, les jeux (nous prenons l’habitude de faire un petit jeu de société après le repas, ça fait un mois et nous aimons bien), le parc en été, puis le bain, le repas du soir, l’histoire du soir, le coucher, et, enfin, les deux heures de temps libre, à un horaire auquel, en général, ça veut dire repassage devant un épisode de West Wing. Tous les menus de la semaine sont prévus à l’avance ! Si on m’avait dit que je serai comme ça à trente-deux ans, je n’y aurais jamais cru...

Je ne dis pas que j’aimerais revenir au temps où je n’avais pas d’enfant; mais c’est vrai que certains aspects de la liberté de la jeune fille me manquent parfois. Mais il n’y a pas que mon mode de vie qui ait changé; moi aussi, j’ai changé. Je ne veux pas revenir à la jeune fille futile et largement égocentrique que j’ai pu être. Mes enfants ont été un moyen de donner de nouveaux sens à ma vie, mais parfois, j’ai besoin de régresser, de faire comme si mon emploi du temps était entièrement soumis à mes caprices.

Aujourd’hui, j’ai passé une journée sans enfant et sans mari. J’ai retrouvé de petits bonheurs simples, futiles, mais tellement bons. De ceux qui me seront superflus demain, mais nécessaire aujourd’hui.

Imaginez. Après avoir fait une sieste SANS mettre mon réveil, je suis allée à Castorama acheter du mastic à bois parce que j’ai décapé et poncé deux embrasures de portes qui traînaient depuis années (peut-être plus à ce sujet sous peu). J’ai même eu le temps d’aller fouiner du côté des coussins, de regarder les papiers peint, et de trouver un gobelet à brosses à dents parce que j’ai cassé le mien. Pendant une demie-heure. En silence.

J’ai pu flâner sur des sites que je connais bien, mais sur lesquels je n’ai jamais pu m’attarder. J’ai trouvé exactement ce que je veux mettre dans le bureau, et j’ai pris le temps de prendre les mesures pour faire un plan et un budget. Ca vous plaît ?

bureau

Le montage photoshop utilise les étagères proposées par AMPM, et j’avoue que c’est un énorme coup de coeur. J’ai profité de mon temps libre pour dessiner tout ça. La couleur du mur n’est pas celle que je voudrais, mais sur le principe, ça me plaît bien.

J’ai aussi pu visiter mon magasin préféré, Ikea (oui ! J’assume), et ce sans pousser de poussette ou de répéter dix fois de ne pas toucher. J’ai trouvé une idée pour notre future (très future) salle de bain:

20150127_vacancesmaman

Regardez la crédence ! Ce sont des carreaux de ciment. Comme je n’ai pas fini d’être obsédée par les carreaux de ciment, je me dis que ça pourrait très bien aller au mur, non ? Imaginez un carrelage blanc et jaune, avec ce genre de motif... spa power, non ?

J’ai aussi acheté un arrosoir. Oui. Un bel arrosoir, qui, pour 10€, me rend heureuse et remplace mon vieil arrosoir rose en plastique. Parfois, le luxe, c’est 10€. Et j’ai mis... au moins trente minutes à le choisir !

Enfin, j’ai conclus ma journée sur quatre plaisirs en même temps: manger du chocolat au citron vert, discuter avec ma soeur chérie, regarder en même temps qu’elle l’émission de Top Chef, et peindre en blanc le lit de poupée que je viens d’acheter pour ma fille (plus à ce sujet sous peu). Je n’ai pas la télévision, mais je regarde parfois Top Chef en repassant, pour le peu de concentration qu’elle demande ; avec ma soeur, c’est beaucoup plus drôle.


Est-ce que je suis revenue avec un sac griffé acheté dans un grand magasin ? Non. J’ai mangé la soupe chinoise que j’avais notée sur le planning du frigo, même si j’avais une furieuse envie de sushis, parce que le bouillon maison ne se garde pas bien; mais j’ai mangé devant des épisodes de Silex and the City, et j’ai chanté à tue-tête sur Goldman dans la voiture (mes enfants n’aiment pas quand je chante autre chose que Totoro ou Peter Pan). Je n’ai pas de nouvelle robe que je ne mettrai pas ou peu, mais du mastic à bois, un arrosoir, un lit de poupée et du bricolage à faire demain. Allez savoir pourquoi, cette journée de vacances de mon travail de Maman fut reposante.

Demain, je reprends mes enfants, mon job, mes études, je ponce les embrasures de porte que j’ai mastiquées, et je couds un drap de poupée assorti au lit de la chambre de ma fille. Revitalisée, je vous dis ! (merci l’arrosoir)

Comments

Inspiration: de petites entrées pratiques

En ce moment, je réfléchis à reconfigurer mon entrée. J’habite dans une maison étroite typique du Nord de la France; comprenez, des maisons accolées les unes contre les autres, très, très étroites. Chez nous, il y a trois niveaux, bientôt quatre. Bref, quand je vois les recommandations des médecins qui nous encouragent à monter des escaliers, je rigole.

Autre souci, nettement moins philosophique, est la taille de l’entrée. C’est simple, chez moi, il n’y en a pas: c’est un couloir de la largeur de la porte, de trois mètres de long, avec l’escalier qui monte vers les étages directement à gauche de la porte. C’est un problème majeur pour les chaussures: nous passons tout le temps en pantoufles là où nous sommes rentrés avec les chaussures d’extérieur. Je n’ai aucune idée de la manière d’éviter ça, je ne crois même pas que ça soit possible...

Pour me remonter le moral et me dire que je ne suis pas la seule à avoir des problèmes de manteaux et de chaussures (de vrais problèmes par rapport à la faim dans le monde, bien sûr, je garde les proportions), j’ai essayé de trouver de belles entrées taille mouchoir de poche sur Internet. La totalité d’entre elles sont plus grandes que la mienne, en ce sens qu’on a la place d’en mettre un meuble, mais elles sont élégantes et sobres.


20150122_petitesentrees1
The every girl

J’aime cette entrée parce qu’elle me rappelle que les tableaux ne prennent pas de place en largeur. Un joli tapis, un petit meuble, un panier, et voilà une entrée. Dommage que je n’ai même pas la place de mettre un meuble dans la mienne.



20150122_petitesentrees3
Home Design Ideas

Encore une entrée grande (et avec zéro rangement), mais pour nous rappeler que le papier peint dans les petits espaces, ça marche ! Petit espace, grandes idées.



20150122_petitesentrees4
Apartment Therapy

Même démonstration que la photo précédente. Dans la mesure où j’ai la même entrée, les moulures anciennes en moins, j’aimerais vraiment savoir où ils gardent leur affaires ! Je pense que mon entrée va finir par ressembler à quelque chose de ce genre.




20150122_petitesentrees5
Little Greene

Dans un tout autre style, j’adore absolument tout dans cette photo: le papier peint, le meuble en bois brut, la lampe, la moquette... jusqu’au téléphone vintage qui n’est pas raccordé, le genre de choses qui me fait rire quand je vois des photos de magazine.



20150122_petitesentrees2
Leroy Merlin

Une entrée immense, mais ce qui m’intéresse, c’est le placard. Il est simple, sobre, et l’idée de ne pas le fermer avec une porte mais par des rideaux peut être une très bonne ou une très mauvaise idée, suivant que vous faites attention ou non. Je trouve que l’esthétique fonctionne, cependant. C’est la photo qui me plaît le moins côté esthétique, mais c’est aussi la plus réaliste.


Avez-vous des idées pour organiser une toute petite entrée ? Personnellement, j’adore la solution d’Appartement Malin, mais elle ne marchera pas dans mon entrée qui a vraiment zéro largeur. Mais je vous recommande l’article !

Comments

La chambre de ma Poussinette

Je vous avais déjà montré le sublime ourlet du rideau de la chambre de ma petite que j’ai mis seulement trois ans à coudre (temps de l’opération: 30 minutes. Oui, je suis très forte en procrastination, mais « sublime » vous montre que ça en vaut la peine !). Ensuite, il y a eu l’épisode de Noël où nous avons offert à ma Puce une étagère en forme de maisons et des patères pour accrocher euh... ses affaires. Elle en a peu, à deux ans et demie. Mais les patères sont très jolies !

Comme nous avons installé tout ça hier, et que j’ai poursuivi par un bon nettoyage de printemps en hiver, je me suis dit que c’était l’occasion de vous proposer un tour de cette chambre. Figurez-vous qu’une amie et lectrice me l’avait aussi demandé à Nouvel An ! Impossible de résister. Voici donc la visite de la chambre de Poussinette-aux-mille-surnoms. Bienvenue !

20150117_chambrefille1

Comme vous le voyez, la chambre n’est pas très grande, une dizaine de mètres carrés. Les murs sont bleu clair, comme dans la chambre de mon fils, et le bleu change en fonction de la journée pour tirer plus ou moins sur le gris. Cette chambre est orientée plein nord, hélas, donc la lumière y est plus faible, mais elle donne sur les jardins. Pour compenser l’absence de lumière, j’ai repeint des appliques chinées en jaune, ainsi que le lustre central. Les rideaux qui ont donné le ton du jaune ont été trouvés en solde à 10 euros la paire... j’ai eu du mal à y croire quand j’ai trouvé exactement ce que je cherchais, des rideaux à grandes rayures verticales jaunes et blanches ! Après, la qualité n’est pas fantastique, mais seulement honnête.

20150117_chambrefille2

Petit zoom sur l’étagère, avec la tirelire hibou rigolote. J’ai volontairement laissé beaucoup de place vide dans cette étagère, sachant qu’elle se remplira très vite !

20150117_chambrefille3

Le coin « table », avec l’adorable ensemble de Zara Home, les coussins Ferm Living, l’ours géant en peluche, la boîte à musique indispensable pour s’endormir, et un coffre en rotin hérité de ma grand-mère maternelle. C’est ce coffre qui contient tous les jouets sauf les peluches qui sont sur l’étagère ou dans l’armoire.

20150117_chambrefille4

Ma Poussinette aime les lapins. Beaucoup de lapins !

20150117_chambrefille5

Sur le mur en face de la porte, une armoire dont j’ai hérité et que j’ai repeinte (sans prendre de photo bien sûr, c’était avant le blog), des patères sur les Fables de La Fontaine, et le lit chiné dans une brocante, repeint et retapissé. Je réalise tout à coup qu’il y a beaucoup de DIY dans cette chambre, mais qu’ils ont été fait sur un temps si long que ce ne fut même pas douloureux. Le lit en particulier fut une trouvaille: je n’aimais pas du tout le tissus de couverture, mais l’intérieur de la garniture était impeccable, et j’ai juste eu à repeindre le bois en blanc, puis à agrafer un nouveau tissus et coller un galon. Un peu long mais vraiment facile !

Seul problème en ce moment: je n’ai pas encore trouvé de housse de couette qui me plaise. Celle-là vient de la chambre de mon grand, en prêt comme il nous le rappelle tous les jours (il l’adore).

20150117_chambrefille6


L’autre côté du lot, avec un housse de coussin en baptiste ultra-fine dont j’ai hérité (j’ai juste réalisé le coussin en-dessous avec un lin turquoise très clair pour que les broderies ressortent), et Fibi le renard, doudou reçu à Noël en provenance de Hooked By Mimi sur Etsy (très très vivement recommandé). Au-dessus, les tableaux en origamis réalisés il y a longtemps.

Cette chambre a vaguement un thème sur les animaux de la forêt, mais c’est plus arrivé par accident que volontairement. Les animaux sont la première chose qui fascine les enfants, en tout cas les miens, donc c’est la première chose qui s’y trouve: en l’occurence, une collection de doudous, principalement des lapins. Je n’aime pas trop les poupées, donc si elle est heureuse à jouer à la Maman avec des doudous, tout va bien !

C’est surtout un endroit où nous nous sentons bien, où Poussinette peut jouer toute seule (quelques minutes du moins), où elle fait des nuits longues et paisibles, où nous lisons l’histoire du soir tous les quatre sur le lit, entourés d’une famille de lapins et d’un renard et son petit ! Une chambre à l’image de son occupante, vivante, drôle et câline.

Poussinette m’a dit qu’elle aimait sa chambre: mission accomplie !

20150117_chambrefille7

Comments

Bento: aussi sur le long terme

Je vous avais parlé de mes bentos ? Depuis que j’ai repris les cours à la fac, j’ai besoin de rester travailler à la bibliothèque, et je mange parfois sur place. Comme d’habitude, le schéma fut typique: j’aurais pu prendre bêtement une boîte en plastique hermétique comme j’en ai (trop) dans mes placards, voir si je réalisais des bentos sur la durée, et réaliser que je n’ai pas besoin du moindre matériel pour manger dehors.

Pas moyen. Nope. Ca ne passera pas.

J’ai donc commencé par faire ce que je fais toujours: quand j’ai envie de créer une habitude, je commence par investir dans le matériel. C’est comme ça que j’ai une machine à pain dans mes placards, moi qui fait une pâte à pizza tous les deux mois environ. La machine à yaourts est en train de suivre le même chemin de placardisation, sauf que j’aime vraiment les yaourts qu’elle fait et que mes enfants les réclament... bref. Donc, j’avais très peur que ma nouvelle marotte des bentos soit aussi intense que courte.

Hé bien, pour l’instant, non. Trois mois que je fais des bentos entre une et deux fois par semaine. Certes, le niveau de décoration a radicalement baissé et il n’y a rien de kawaï dans ce que j’emporte à la fac, mais c’est bon, beau et équilibré (ce qu’on ne peut pas dire du restaurant de la fac).

Voici donc mes dernière réalisations ! (comprenez: celles que j’ai pensé à prendre en photo et que je n’ai pas fabriquées tellement tard le soir que les photos étaient comme prises dans un tunnel).

20150115_bento1

Ci-dessus: salade de blé au potiron, salade de potiron à la feta (y’avait beaucoup de potiron), tranchettes de boeuf et lamelles de carotte, salade de mâche, comporte de pommes aux amandes, quartiers de pommes et groseilles, petit gâteau de Noël.



20150115_bento3


Celui-là haut, c’est riz japonais aux pousses de radis et ciboulette, omelette au fromage de chèvre et roulés de jambon, pak choï à la sauce soja et au sésame, radis, prunes, kiwi et groseilles. Délicieux !


20150115_bento2

Et celui de ce midi, plus sommaire: le bento de fin de frigo ! Salade de coeurs de palmier, maïs, cornichons et ciboulette, crèpe au poulet et fromage de chèvre, reste de bread pudding, groseilles au jus d’orange.


Côté durabilité, je continue de laver ma boîte à la main et je n’ai pas l’occasion de la passer au micro-ondes, donc je n’ai pas grand chose à dire de ce côté-là. En revanche, les boîtes à sauce sont toujours parfaitement hermétiques, ainsi que les boîtes elles-mêmes. Il n’y a ni tâche ni fente nul part. Toujours très heureuse de ma boîte !


Petite note de bas de page: j’ai également investi dans des boîtes pour les goûters de mes enfants. La petite a une boîte Totoro et un sac qui fait son bonheur (« c’est MON sac ! »), prévu pour les enfants, avec de petites anses. Mon grand adore sa boîte en forme de gros légo rouge et son sac avec des renards roux qui font des grimaces. Hélas, il a déjà eu des remarques sur le fait que les renards roux ne sont pas des super héros; mais quand je lui demande s’il aime son sac, il me répond que oui. Nous travaillons sur le « toi tu l’aimes, c’est la seule chose qui compte », mais à cet âge, ça devient difficile. En tout cas, les boîtes sont très pratiques pour les goûters, en plus d’être jolies et solides !

Comments