Ces quelques fleurs... chinées dans la nature

Ca faisait un certain temps que je n’avais pas changé la décoration de la petite commode secrétaire de notre chambre que j’avais poncée , puis repeinte et enfin finie ). Alors oui, j’avais suivi à la lettre les règles de la décoration d’un dessus de cheminée, et j’ai toujours trouvé que le résultat rendait plutôt bien.

Ce qui est précisément le problème. J’étais tombée dans le travers, si fréquent, du « ça me plaît comme ça, je ne vais pas m’embêter à changer tout de même ! ». Sauf que cette décoration a tenu un an. Une année complète pendant laquelle, quelle que soit la saison, la luminosité, l’ambiance intérieure et extérieure, cette petite commode a eu les mêmes objets posés sur son plateau.

Pendant une année, notre petite famille a évolué, elle s’est même agrandie, nous avons changé les lits, la petite a appris à marcher et commence à parler, le grand a découvert la maternelle... mais ma commode restait la même. Sa jolie déco, je ne la voyais plus.

Après une semaine de beau temps, j’avais envie de quelque chose de plus sobre, de plus naturel, mais pas encore de trop printanier. Une promenade dans la campagne, deux coups de sécateur, un vase de ma grand-mère, et voici le résultat.


20140316_vasefleurs1


Un grand pied de nez au style précédent, cette fois, c’est un vase unique très excentré, dont les fleurs peintes rappellent les branches de cerisier fleuries. J’adore la forme générale des branches, tournant vers la gauche. J’aurais adoré que ça soit plus prononcé, mais la nature n’en fait jamais qu’à sa tête, et je l’aime pour ça !

20140316_vasefleurs3

20140316_vasefleurs2

Quand je pense que ce vase fut presque jeté à la poubelle... après, je n’ai jamais aimé sa mise en valeur chez ma grand-mère, où il était posé sur un socle, devant des assiettes bariolées. Il n’y avait jamais de fleurs dedans, et il était un peu tristounet. Cher joli vase, je vais te mettre au travail tout le printemps. Ces branches ne vont sans doute pas dépasser une semaine de vie, mais tu vas rester là un certain temps, seul, et je vais te donner du travail. Les roses blanches, tu aimes ?

Ensuite, promis, quand ce sera l’été et que la lumière sera enfin revenue, tu iras prendre des vacances dans le placard pendant que d’autres objets prendront la pose.

blog comments powered by Disqus